GC 2020 | Les Patrouilles 👨‍👨‍👦‍👦

Les Hippokampês

Menée par le chef de cité Sitatungos, elle voue un culte au dieu Apollon. Ce peuple est situé à Delphes. C’est d’ailleurs dans cet endroit que Apollon adore se reposer. Il s’y installe afin de chanter avec les citoyens des chansons antiques. Ce peuple adoooore la chanson. Il parait même que de nombreux citoyens sont de fins paroliers. Ils créent des tubes dans toute la Grèce. Ils ont déjà fait des feat avec de nombreux dieux mais celui qui figure sur tous les albums est sans conteste Apollon. Armé de sa lyre, il trouve toujours une mélodie attirante qui accompagne la troupe des Hippokampês. En plus d’adorer la musique, ils adorent l’art. Ils sont de fons sculpteurs et sont aussi très fan de peinture. Dans leurs demeures, on retrouve toujours des beaux petits tableaux et ces derniers se vendent comme des petits pains à l’agora. On notera que hippokampê veux dire cheval monstrueux mais ils ne préfèrent pas trop en parler…

Les Maundôs

Installés dans la cité d’Argos, ce peuple est le plus fidèle représentant de Hermès. C’est la seule cité qui reconnait à sa juste valeur ce dieu ô combien important. Argos voue un culte sans précédent à ce dieu. Fidèle à Hermès, les Maundôs ont une très bonne communication. Un message fait le tour de la cité en 3 minutes. Cela a aussi des désavantages, on ne sait pas tenir un secret. Tous se sait. Ce sont aussi des grands inventeurs. Fidèle à leur messagerie, leurs descendants sont Gmhèrmes et Hotmhermès. Ils donneront lieu à d’autres beaux projets de communication. C’est aussi chez eux qu’il faut aller avant de vous lancer dans un nouveau projet. Ils vous donneront toute la chance du monde. Ce sont donc aussi les plus chanceux. Les maundôs vous accueilleront toujours dans un cadre convivial ! Si vous devez rédiger une lettre de motivation, allez chez eux ! Vous aurez de la chance d’être embauché et surtout vous pourrez envoyer vos lettres suuuupeeer rapidement !

Les Châkhals

Dyonisos. Un dieu, un seul qui est au centre de leurs occupations. C’est le dieu qui rassemble tous les grecs durant les dyonisies et donc ce peuple des châkhals est très apprécié ! Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, ces fêtes sont des moments où il y a des pièces de théâtre non-stop durant 5 jours deux fois par an. Tout le monde vient donc y assister. The place to be c’est Athènes. Il y a là le théâtre de Dyonisos mais les fêtes sont célébrées partout en Grèce. Par contre, il faut aller au moins une fois à Athènes durant cette période. C’est la fête du soir au matin. Athènes devient la ville qui ne dort jamais et ne s’arrête pas de vivre. On dit aussi que ces Châkhals sont un peu fous. Ils se laissent parfois aller. La dernière anecdote que je peux vous citer est qu’ils ont commencé à construire un temple par le haut, sans faire les fondations. Chacun son truc… Bref, si vous voulez vous amuser, c’est chez eux !

Les Hayes-âilles

Comment vous parlez des cités grecques sans parler des Hayes-âilles ? Impossible ! Souslikes est une référence dans le genre. Posés à Thraces, les citoyens sont des hommes qui ne se soucient pas trop de l’envahisseur. En effet, le dieu auquel ils se rattachent est Arès, le dieu de la guerre. Thraces est la résidence favorite d’Arès. Il adore passer son temps là-bas car les épées y sont d’une qualité exceptionnelle. D’ailleurs, grande nouveauté, le parc de Thraces a maintenant un stand de tir à l’arc ! Rien de tel que de s’adonner à ce chouette sport un dimanche matin après avoir lancé des couteaux sur une cible mouvante pendant la semaine. Les jeunes qui y grandissent ont la rage de vaincre et se donnent toujours à 100 % dans tout ce qu’ils entreprennent. Prenez garde !

Les Lâmhas

Les meilleurs pour la fin bien sûr ! Les Lâmhas vivent à Citium. Pourquoi me direz-vous ? Eh bien c’est un endroit où la forge et la métallurgie est le plus vénéré. Que voulez-vous de plus pour notre cher dieu Héphaïstos ? Bah, rien. Il adore passer ses aprèms à acérer ses lances, à créer de nouvelles armes, à forger (oui aussi) et à s’adonner à plein de nouvelles techniques métallurgiques encore secrètes. Les citoyens ne savent pas se passer du métal. Leurs habits ont toujours une touche de métal sur eux. La coutume veut aussi que quand ils naissent, ils aient le baptême de forge. Dès qu’ils naissent, on les plonge dans du métal bouillant. Pas de stress, ils survivent et cela les endurcit encore plus. Leur patrimoine génétique est bien puissant. Si vous voulez vous adonner au travail de forgeron ou tout simplement aller assister au baptême d’un Lâmhas, vous savez où aller !